Purple effect

Sortant de chez la psy où j'avais pleuré, les yeux encore humides, rouges et gonflés, je me suis dirigée vers la station de tram sous-terraine. Et là, Tiny Dancer qui passe dans les hauts-parleurs. Et voilà. Tout passe. Tout s'anesthésie. Et je me souviens du pourquoi de la musique. Pourquoi j'avais choisi ça, un moment. Et souvent des situations me le rappellent comme ça, pour m'empêcher de tout oublier, de tout balancer, par manque de confiance en moi, par exemple.
Des clients qui m'engueulent au magasin, pas de problème, y a les Red Hot qui passent ou Love Hurts. Bon ok, la minute d'après c'est des chansons country flamandes mais bon, le mal est passé, c'est le principal. Et qqch qui permet de remettre d'applomb, de reconstruire littéralement -ou de casser d'ailleurs, ça vaut la peine d'être compris.
Bon ok, j'ai compris je garde mes dernières grattes!

2 comentários:

madphil 12:55 AM  

Manquerait plus que ça que tu abandonnes la gratte et la zique !

Je suis certain, comme tu le penses, que c'est là que tu y puiseras le plus de force pour rendre ta route plus agréable.
En tout cas pour ne pas faire trop attention à ses portions en mauvais état actuellement.

beatnik_queen 1:27 PM  

Ouais, suffit d'écouter des trucs très fort et très en boucle.

I'm a Cheshire cat.